Des ateliers d’écriture à l’IND Namur, un mercredi après-midi par mois

D’une part, professeur de français à l’IND depuis maintenant douze ans et d’autre part, passionnée de littérature et d’animation d’ateliers d’écriture, l’idée de proposer des ateliers d’écriture au sein de mon école a doucement fait son chemin en moi.

Bien souvent, dans mes classes, j’ai pris le temps d’offrir à mes élèves des moments d’écriture, « juste pour le plaisir » et la découverte … Moments parenthèses, pour « soi », au cours desquels je leur murmurais : « fais-toi une bulle, profite de ce moment pour être dans TON écriture, autorise-toi cette place … ». Après, je reprenais leurs textes, les lisais avec attention et émotion, je les annotais, jamais au Bic rouge, de petites remarques valorisantes ou émerveillées : « très beau », « je suis très touchée », « quelle merveilleuse trouvaille », « quelle belle manière tu as trouvé pour exprimer cela », « tu as un style vraiment à toi », « je sens que tu as des facilités pour t’exprimer par écrit, bravo, continue … ».

En classe, je leur proposais soit, que je lise leurs textes, soit, qu’ils les lisent à haute voix, pour les partager. Nous vivions des moments d’émotions intenses. Je les voyais se découvrir l’un l’autre sous un autre jour. Quelque chose se passait : entre eux, d’eux à moi : un lien dans la parole : les mots que je mettais sur leurs trouvailles, une confiance en mon écoute et en l’accueil que je faisais à leur langue, la leur, à ce qui les fonde, à ce qui les rend unique.

Bien sûr, j’ai trouvé « ma » manière d’enseigner le français.

Mon « rythme de croisière », entre les exigences des lectures, des travaux, des préparations d’examens et ces moments hors du temps que je m’autorise à vivre avec eux.


Il neige. Je vois leurs regards se perdre au-delà des fenêtres de la classe, rejoindre le ciel où virevoltent en tombant, des milliers des flocons ouateux. Je n’ai pas envie de rompre ce charme. Je m’arrête de parler, je les regarde. Une élève me dit : « Madame, comme c’est beau … », « Oui, c’est magnifique … ». Et la classe devient un refuge, un lieu chaud à partir duquel nous partageons ce moment toujours magique, de la première neige qui tombe …


 

Leur donner la possibilité de créer leur bulle et de regarder ce qui est beau en eux et autour d’eux. Ce qui est beau mais aussi ce qui est triste, ce qui est angoissant ou révoltant. Ce qui est, en somme. Prendre le temps d’y mettre des mots, et que ces mots soient entendus. Faire exister, par les mots. Dans ce cadre particulier qu’est l’atelier d’écriture. Pour moi, voilà, la définition métaphorique de ces ateliers d’écriture que je leur propose.


Beaucoup d’élèves rament avec la langue, écrite ou orale. Pour beaucoup d’entre eux, le français normé à l’extrême, la langue que l’on doit apprendre à l’école, s’apparente à un parcours du combattant. Ils ont quelquefois raison de ne pas être d’accord avec les dictionnaires et les grammaires. Ce n’est pas facile de se fondre, de faire sa place dans tous les codes que la société nous impose. En tant que professeur de français, je suis là pour leur expliquer, pour les aider, pour donner du sens à ce qui n’en a pas à leurs yeux, pour nuancer, pour encourager, pour les faire progresser et les amener au bout de ces années, à obtenir un diplôme dont ils seront fiers. Ce n’est pas toujours facile. Ni pour eux, ni pour moi. Nous vivons, chacun de notre côté, des moments de découragement.


Moi, je suis souvent rattrapée par le constat : je ne les ai pas suffisamment encouragés, félicités, j’ai consacré trop de temps au temps, ce fichu temps saucissonné en échéances, en TJ1-TJ2-TJ3-TJ4-TJ5, sessions, examens, évaluations formatives, évaluations certificatives …

Alors, est né, ce projet : ouvrir dans mon école, un « hors temps scolaire » consacré à des « ateliers d’écriture » : nos élèves y seraient invités, une fois par mois, tous niveaux confondus. Mais pas seulement nos élèves. Y seraient accueillis également, n’importe qui ayant le désir de tenter l’aventure d’un atelier d’écriture.


A côté des ateliers d’écriture que j’anime une fois par mois au Cinex, rue Saint Nicolas, c’est ici un atelier d’écriture intergénérationnels, où, tout âge confondu, les participants se découvriraient à travers leurs textes, leurs mots, leurs récits, leurs voix …

Ouvrir un lieu, un espace de création, partager un temps et des mots … Et puis, laisser surgir, être là, avec.


 

 

Les Ateliers d’écriture « Ecrire le monde » proposent des ATELIERS D’écriture intergénérationnels.


Pour qui ? Pour tous, de 6 à 99 ans  à partir du moment où on a envie d’écrire  ou, de tenter l’aventure.


Les Ateliers d’écriture intergénérationnels, c’est :


  • Se retrouver l’espace d’une après-midi pour mettre des mots sur des émotions, des sentiments, des vécus, des anecdotes, des moments de vie …


  • Développer l’empathie, du plus petit au plus grand, en proposant de s’écouter, de s’entendre, de partager, de s’émerveiller des textes (aussi, de s’émerveiller de ses propres textes), des trouvailles de tout un chacun …


  • Développer son imaginaire, créer du neuf, des possibles …


  • Se rencontrer, se connaître (soi et les autres), nouer des liens.


  • C’est aussi reprendre confiance en soi à partir de ses mots et de SON écriture en jouant, en s’amusant avec les mots …


  • Les Ateliers d’écriture ne sont ni des classes, ni des cours.


  • Pas de correction au Bic rouge.


  • Mais une écoute bienveillante de tous, des retours positifs, des conseils, des mises en lumière, des soulignements des beautés que chacun-une porte en soi.


INFOS PRATIQUES :


-Un mercredi par mois.


-Où ? : dans mon école, l’Institut Notre-Dame (IND),


au centre du Vieux Namur, 19, rue Julie Billart, 19,


dans le quartier dit de la Corbeille.


-Heures : de 13h à 15h.



-Prix : 30€ (pour les 2 heures et pour le groupe) :

maximum 6 euros par personne.


-Gratuité pour les élèves inscrits à l’IND.


-L’atelier se tiendra à partir de 5 participants.


– 12 participants maximum.


-Agenda :


Septembre 2019.


Le mercredi 25 septembre de 13h à 15h.

Le mercredi 23 octobre de 13h à 15h.

Le mercredi 27 novembre de 13h à 15h.

Le mercredi 18 décembre de 13h à 15h